Avant tout, le graphisme, c’est quoi?Woman and a pie chart

 

Discipline visuelle spécifique pour procéder à une création, ou choisir et utiliser des éléments graphiques tels que les dessins, caractères, photos, couleurs, typographies, etc., le graphisme consiste à élaborer un objet de communication, culturel ou tout simplement  à exprimer librement ses idées et inspirations par le biais d’images, de signes ou de mots. Chacun des éléments a un sens, symbolique et capital, dans la concrétisation d’un projet en particulier et a pour but de promouvoir ou d’informer ou tout simplement d’instruire.

Le design graphique peut être également défini comme un traitement formé d’informations ainsi que de savoirs. Le designer graphiste est dans ce cas un médiateur qui agit sur les conditions de réception et d’appropriation des informations et savoirs qu’il met en forme. Le domaine du graphisme fait partie de la chaîne graphique liée à l’imprimeur ou à d’autres médias et peut concerner plusieurs domaines en même temps tels que l’illustration, la communication d’entreprise, le design web, le packaging, l’édition, la presse, la création de maquette, et ainsi de suite. À notre époque, les techniques de graphisme sont de plus en plus avancées et approfondies.

 

En ce qui concerne la communication visuelle

La communication visuelle englobe généralement deux grandes familles de métiers, à savoir les métiers des industries graphiques, qui sont principalement techniques, et les métiers de la création visuelle, à dominante artistique.  Les élites des industries graphiques réalisent plusieurs types de documents, à savoir les livres, affiches, flyers, catalogues, etc., qui sont conçus par des professionnels de la création visuelle. Dans ce secteur, on accède le plus souvent à des postes tels que chef d’atelier, conducteur de machines, sérigraphie, etc.

Les professionnels de la création graphique visuelle ont généralement des parcours plus variés et plus ouverts. On constate une diminution du nombre d’autodidactes au profit de diplômés d’écoles d’arts ou d’arts appliqués. Outre le fait d’être créatif, il faut être apte à manier tant le crayon que la souris ou le stylet de la tablette graphique.

Actuellement, l’informatique contribue à la naissance de nouveaux métiers tels que l’animateur 3D qui crée des images de synthèse, pour des productions audiovisuelles ou cinématographiques par exemple. On trouve également l’infographiste, le concepteur et réalisateur multimédia, et bien d’autres …

Le graphisme publicitaire

Ce domaine consiste à réaliser des images ou photos destinées à transmettre un message dans tous les domaines de la vie publicitaire et commerciale. Le graphiste se doit alors d’être en même temps artiste-peintre, dessinateur ou graveur et spécialiste de la communication visuelle. Son champ d’activité s’étend à tous les moyens d’expression de ce domaine tels que la documentation, les informations, la symbolique. Contrairement à celles des artistes, ses créations visuelles doivent être à tout moment perceptibles par le plus grand nombre car il leur faut véhiculer qualitativement et originalement des idées ou même des évènements. Par ailleurs, le graphiste publicitaire exerce son activité dans l’édition, la publicité et la presse. Il peut en même temps travailler dans l’urbanisme, l’image animée, l’infographie, le textile ou encore l’image institutionnelle.

En parlant de graphiste publicitaire, les réalisations de ce denier sont reproduites sous les formes les plus diverses, à savoir : les logotypes, les chartes graphiques, la publicité, la signalétique, les étiquettes, dépliants, brochures, magazines, le design industriel, etc.

La nature du travail d’un graphistegraphiste

Le graphiste commence avant tout à mettre des idées en images en analysant la demande du client. Après avoir trouvé une idée, il doit l’exprimer par une image. Au-delà de l’aspect esthétique, elle doit transmettre de façon pertinente le message du client. S’ensuit la création de la charte graphique : choix du papier, des couleurs, des mots, etc. L’image travaillée peut ensuite être déclinée sur des tas de supports imprimés tels que l’affiche, le flyer, la carte de visite, le dépliant, la carte de correspondance, la brochure, le magazine, le livret, le livre, etc.

Un graphiste doit également élaborer un concept. Ce professionnel de la création graphique intervient à des étapes diverses de la réalisation, par exemple : la conception et la création, l’exécution et l’impression, etc. Cette phase est placée sous la houlette d’un directeur artistique et en collaboration avec un rédacteur compétent.

Un graphiste doit être plus attentif à la fabrication. Dans une petite structure, il ne suffit pas de trouver une idée de réalisation. Il participe également au montage de la page à l’écran, à la photogravure, à la numérisation et aussi à l’incorporation des textes et des images, à la sélection des couleurs.  Le graphiste professionnel contrôle et valide ensuite les opérations de flashage, la réalisation des films et des épreuves. Bref, le graphiste assure le suivi de l’impression elle-même.

Quelles sont les compétences requises pour devenir graphiste professionnel ?

Avant tout, un graphiste doit maîtriser les logiciels spécialisés. Afin de découvrir l’idée, esquisses et croquis sont essentiels. Le graphiste doit en effet savoir dessiner et manier de nombreux codes visuels à la fois (langage des couleurs, typographie, etc.). Il doit dans ce cas faire appel à ses compétences techniques pour donner corps au projet. Une parfaite connaissance des procédés de fabrication et d’impression et la maîtrise des divers logiciels professionnels tels qu’Illustrator, Photoshop, QuarXpress, etc., se révèlent indispensables.

Businessman holding paper with printed question mark

Ensuite, un bon graphiste doit être tout le temps curieux, étant donné que la curiosité n’est pas un vilain défaut dans ce métier. Courir les expositions, les salles de cinéma ou les magasins n’a rien de superflu, mais permet au contraire d’absorber un maximum d’informations pour pouvoir ensuite les restituer. L’ouverture d’esprit facilite l’adaptation à toutes sortes de commandes.

Et enfin, mieux vaut posséder des notions de gestion et de marketing, notamment pour les free-lance qui démarchent les sociétés. Le sens de la communication aide à se rapprocher et à dialoguer avec les clients. Le monde du graphisme réclame donc à la fois de la souplesse et une forte personnalité.

 
Étiqueté avec :